AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
DERNIÈRE LIGNE DROITE POUR CEUX N'AYANT PAS RÉPONDU AU RECENSEMENT. PLUS QU'UNE SEMAINE AVANT LA SUPPRESSION DÉFINITIVE.

Partagez | 
 

 Noah Kewan Hargrove, the New Zealand invader.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

1st ▬ Monsieur le Menteur.

avatar

Noah K. Hargrove



Date d'inscription : 08/04/2010
Messages : 587
Humeur : Nice :)
Chanson du moment : Paranoia - Phoebe Killdeer
Etudes/Job : Première année à Celebritah




My dear character .
Âge du perso: 16 y.o.
My little world. My Links.:
Disponibilité de RP: Oui



MessageSujet: Noah Kewan Hargrove, the New Zealand invader.   Jeu 8 Avr - 14:27

Noah Kewan Hargrove

(c) Melle Opera Rock
feat; Logan Lerman


16 ans - Auckland, Nouvelle Zélande

{Spécialisé en musique}
musique - chant - sport

crétin - déjanté - comédien - rêveur - menteur - bon copain


    Son histoire :

    Noah est né dans la ville d'Auckland, en Nouvelle-Zélande. La vie sur une île n'a jamais été son fort, mais il a toujours réussi à s'en accommoder, d'autant plus qu'Auckland et son million et demi d'habitants lui offraient de nombreuses distractions. Ses parents étaient plutôt distants avec lui, ainsi qu'avec son petit frère de trois ans son cadet: Lee. Sa mère, Karen, préférait s'occuper de son petit café de quartier plutôt que de ses enfants, et les confiait à son propre père, qui a quasiment élevé les deux garçons. Lui et Noah étaient très proches, et c'est d'ailleurs lui qui lui a offert une guitare, dans le but de calmer un peu sa pile électrique de petit-fils. Lee, lui était plus distant et préférait jouer avec les enfants du voisin de son grand-père plutôt que de passer du temps avec celui-ci et Noah. Le père des garçons, Harvey, travaillait dans un bureau au vingt-septième étage d'une tour en verre et tentait toute la journée de vendre des assurances. Autrement dit, les minutes durant lesquelles il voyait ses enfants par jour se comptaient sur les doigts de la main. Pour ce qui était de sa relation avec sa femme, elle connaissait des hauts et des bas, mais ils n'en restaient pas moins amoureux depuis des années et des années - ou même des siècles comme disait Noah.

    C'est donc en enfant plus ou moins délaissé du côté parental que ce dernier passa son enfance. Il compensa ce manque par une vie sociale fortement développée hors du cocon familial. Depuis très jeune, il avait cru comprendre que s'il voulait être apprécié à sa juste valeur cela ne suffirait jamais: il devrait revêtir le costume de celui que les autres voulaient qu'il soit. A partir de ce moment-là, il eu toujours énormément d'amis, que cela soit à l'école primaire ou au collège.

    Les gens pensaient tous qu'il était ... comment dire? Un crétin. Quand il n'était encore qu'un gamin, sa mère désespérait déjà lorsqu'elle parlait de lui à ses amies lorsqu'elles prenaient le thé ensemble. Il n'a jamais été pas idiot à proprement parler, mais il prend tout à la rigolade, et parait quelques fois un peu simple d'esprit. Mais la chose que les autres ne savent pas à son propos, est qu'il joue un rôle. Oui, cela lui plait de voir que tout le monde tombe dans le panneau et le prend pour un benêt qui remonte le moral à ses amis en lançant quelques blagues qui sont tout sauf marrantes, un benêt qui ne semble comprendre ce que l'on veut de lui qu'une fois sur deux. Parce qu'au fond, les gens ont tous un peu besoin d'une personne qui les valorise par sa bêtise. Noah ne joue pas un rôle afin de les manipuler ou de leur faire du mal, mais simplement pour les rassurer. Du haut de ses seize ans, il réussit à soulager bien des individus en se contentant de faire comme s'il était bête. Bien étrange je le conçois. Il passe pour le bon copain déluré, qui sort des phrases dénuée de tout sens mais que tout le monde aime bien. Mais il faut bien avouer que quelques fois, ce faux caractère l'agace, il aimerait bien montrer aux autres ce qu'il est au plus profond de lui-même, en dessous de cette carapace de déjanté assez limité. Pourtant, il continue, persuadé que c'est la meilleure alternative qui soit pour son entourage, qui a besoin de ça, il en est persuadé. S'il n'était pas là pour les faire sourire et désespérer gentiment, qui le ferait ?

    Alors, lorsqu'il n'est pas bien dans sa peau, lorsqu'il ne se sent plus le courage de faire comme s'il était un autre, lorsqu'il est épuisé de faire semblant à longueur de temps, il sort la guitare que son grand-père lui avait offert dans l'espoir de le canaliser, et il joue, sans s'arrêter, sans réfléchir. Il sort de son enveloppe de Noah le simplet pour devenir Noah le musicien, son passeport pour l'évasion. Et durant quelques minutes, quelques instants, quelques heures, il ne pense plus à rien. Il n'en a plus besoin, les notes qu'il sort de cette guitare sèche le portent. Il s'envole vers des contrées inexplorées et laisse son esprit divaguer, avant de redescendre sur terre brutalement et de revêtir son costume d'idiot sympathique.
    Il semblerait que ceux qui ne savent pas concilier leurs propres intérêts et ceux d'autrui doivent se contenter de rêver ...

    C'était le bon copain, dans tous les cas, ce qui compliqua un peu sa relation avec les filles lorsque ses hormones furent suffisamment en action pour qu'elles l'intéressent. "Tu comprends, je n'veux pas prendre le risque de gâcher notre amitié." fut une phrase qu'il entendit des dizaines de fois. Bien heureusement pour lui, il comprit ensuite assez vite qu'il devait se contenter d'être un copain de loin pour une fille qui lui plaisait avant de passer en mode "drague". Enfin, drague est un bien grand mot quand celui qui l'utilise n'a que treize ou quatorze ans ... Du fait de son jeune âge, il n'a jamais eu de relation sérieuse, et des personnes qui pensaient avoir trouver l'amour à quinze ans, il n'en avait jamais rencontré.

    Lorsqu'il reçut sa lettre de l'académie, il se rendait une énième fois chez son grand-père, se préparant à officiellement passer la nuit là-bas, officieusement à sortir par la fenêtre au milieu de la nuit pour se rendre en stop à ce qui devait être la fête de l'année. Il resta bouche bée devant les caractères d'imprimerie et il lui fallut environ dix minutes pour avoir une quelconque réaction. La seule personne l'ayant déjà entendu jouer était son grand-père. C'était forcément lui qui l'avait inscrit à cette espèce d'école bizarre qui le voulait en tant qu'élève mais qui ne l'avait jamais vu. Arrivé chez le patriarche, il lui demanda des explications... assez violemment, avant de finir par comprendre que lui non plus n'y était pour rien. Google fut son grand ami et permit à Noah de découvrir que Celebritah existait bel et bien.
    Son grand-père voulait entreprendre le voyage avec lui au cas où cela aurait été un canular, mais le garçon refusa. Sa mère se moqua de lui lorsqu'il lui annonça la nouvelle, persuadée que ce n'était qu'une blague et que son fils allait encore être piégé par son côté un peu benêt, mais ne lui interdit pas de partir. Cela suffit bien à Noah, qui le lendemain, la tête à l'envers après avoir fait la fête toute la nuit, demanda à son grand-père de l'accompagner à l'aéroport. Départ pour Celebritah !
    Oh, et son père? Ahem ... Il n'était pas au courant ...

    Sa réaction face à la disparition d'E.Worstshein :
    En réalité, lorsque Noah découvrit sur internet que Celebritah était on ne peut plus réelle, il ne lut pas la page jusqu'en bas pour apprendre qu'elle avait fermée à cause de la disparition mystérieuse de sa directrice. Mais à vrai dire, s'il l'avait fait, il n'était pas certain qu'il y aurait prêté une grande attention. Une femme avait disparu, et alors ? Certes, les légendes étranges qui couraient à ce sujet n'étaient pas très rassurantes, mais ce n'étaient que des histoires colportées par des langues de vipères. Alors à quoi bon s'inquiéter ? Il n'allait tout de même pas soudainement devenir psychotique pour si peu...



    Vous, derrière votre ordinateur :
    Prénom / Pseudo : Lilly Hale. ou greenFRIDAY
    Âge : 85 ans. Ou pas.
    Sexe : Féminin
    Où avez-vous connu Celebritah ? J'en suis la fondatriiiiice Siffle
    Commentaires, premières impressions ; Noah K. Hargrove est un double compte de Kaitleen Worstshein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Noah Kewan Hargrove, the New Zealand invader.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Celebritah . :: Welcome in your nightmares dear :: my lamb, have the politeness to say who you are :: congratulations, you're welcome-